21 février 2006

NOVEMBRE

NOVEMBRE

Avant que Novembre ne me glace
J'aimerais me faire une place
Au creux de ta mémoire
Près de tes idées noires
Les broyer d'un peu de couleur

Avant que Novembre ne me glace
Je regarderai dans la glace
Le reflet de tes yeux
De tes yeux chaleureux
Novembre me glace le coeur

Que c'est long Novembre
Que c'est lourd Novembre

Avant que Novembre ne me glace
Je laisserai au temps qui passe
Le privilège de
Nous noyer tous les deux
Novembre me glace le coeur

Avant que Novembre ne me glace
J'essaierai de garder ta trace
Le miroir à deux faces
Tout doucement s'efface
Novembre me glace le coeur

Qu'il est sourd Novembre
Qu'il est lourd Novembre

Avant que Novembre ne me glace
Je réunis dans ma besace
Tout ce qui est utile
Avant qu'Octobre file
Pour ne pas qu'il prenne mon coeur

Avant que Novembre ne me glace                                                
Réfugie-moi dans ton palace
Avec mes souvenirs
Je n'aurai plus à fuir
Ils suffisent à ma douceur

Oui c'est bon Novembre
Oui c'est beau Novembre

Pendant que Novembre me glace
Avec toi je saurai faire face
Nous bâtirons à deux
Tout ce qui est heureux
Pour tout un mois ou même deux

Pendant que Novembre me glace
Il me faudra refaire surface
Pour toi cela fait déjà
Toute une année je crois
Que Novembre t'as glacé le coeur

                                                                EliseA 21/02/06

Posté par elisea à 15:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur NOVEMBRE

    En remerciement

    Amour court


    Toutes ces foules de gens pressés qui courent
    A la recherche de belles histoires d’amour
    Histoire de savoir si elles s’aiment toujours

    Tous les hommes en costard ou jogging courent
    Stratégie fumeuse et forcing pour de l’amour
    Histoire de voir si on les aime toujours

    Toutes les femmes en robes déshabillées courent
    Maquillées en beautés, échevelées après l’amour
    Histoire de croire qu’elles aiment toujours

    Tous leurs enfants en baby pyjama courent
    Minaudent, trépignent avant l’âge de l’amour
    Histoire de désespoir parce que ça rate toujours

    Nous, toi et moi dans tous nos états, on coure
    Avec nos loupes on cherche une trace d’amour
    Histoire de pouvoir s’aimer nous-mêmes un jour


    ®
    On court au derrière des histoires d’amour
    On court
    Nous tous on court pour un amour toujours
    Trop court

    P.

    Posté par Patrick Lalande, 29 mai 2007 à 01:03 | | Répondre
Nouveau commentaire